We Are Scientists

Formé sur la côte ouest par trois étudiants californiens, We Are Scientists a pris son envol après que le frontman Keith Murray, le bassiste Chris Cain et le batteur Michael Tapper (qui a remplacé le batteur/chanteur fondateur Scott Lamb) se soient installés à Brooklyn et aient commencé à se constituer un public restreint mais dévoué. Après avoir sorti trois EP et un album indépendant – Safety, Fun, and Learning (In That Order) – le groupe signe avec Virgin Records et sort With Love and Squalor en 2006. Son mélange de post-punk anguleux et d’indie rock vaut à l’album la dixième place du classement Billboard Heatseekers et une certification or au Royaume-Uni. Le groupe s’attire des comparaisons avec ses contemporains d’Editors, Franz Ferdinand, Interpol et The Killers.

En 2008, We Are Scientists – réduit à un duo composé de Cain et Murray après le départ de Tapper – sort l’album Brain Thrust Mastery. Après une tournée de festivals européens et avoir assuré la première partie des concerts de Kings of Leon en Amérique, l’ancien batteur de Razorlight Andy Burrows rejoint la formation, et le groupe révisé se dévoile avec la sortie de Barbara en 2010. Deux ans plus tard, le groupe entre en studio à New York avec le producteur Chris Coady (Beach House, Gang Gang Dance, Blonde Redhead) pour enregistrer les sessions de TV en Français, album paru début 2014 sur 100%/Dine Alone Records.

En 2016, We Are Scientists reviennent avec un son incorporant des synthés et des atmosphères étendues sur Helter Seltzer, qui se classe dans le top 50 des charts britanniques et écossais. S’ensuit le poli Megaplex, avant que le groupe ne revienne en 2021 avec Huffy.

Concerts

 

A VENIR

26.03.2023 – Paris, Petit Bain

14.04.2023 – Lille, L’Aéronef

 

Infos

 

STYLE : Rock

VILLE : Brooklyn, US

SI VOUS AIMEZ : Kaiser Chiefs, The Libertines, The Pigeon Detectives

LABELS : Virgin Records, 100% Records, Groenland Records

BOOKER : Jean-Louis Schell

 

« Tous les ingrédients clés d’un grand album de We Are Scientists : les paroles sincères et pleines d’esprit, les lignes de basse  toujours aussi groovy et la batterie  fabuleusement juste. »

Clash